ÉDUCATION


ÉDUCATION
ÉDUCATION

UNE PRISE DE VUE sur l’éducation ne peut se révéler que vertigineuse, tant sont aujourd’hui accusées l’ampleur, la diversité, voire l’incohérence du champ recouvert et des perspectives qu’on y trace. Et il sera vain de penser conjurer la difficulté en parlant de perspectives complémentaires alors que nous les savons contradictoires.

Ainsi, prendre une vue de l’éducation, c’est, au hasard des travaux d’un organisme intergouvernemental, comparer l’évolution des budgets consacrés à la formation générale. C’est, tout aussi bien, dans la chaleur d’une discussion amicale, formuler un avis personnel sur l’influence de la télévision dans la recrudescence de la délinquance juvénile. C’est encore, dans une école pilote, évaluer, par des tests d’efficience, telle méthode de lecture au cours préparatoire. C’est, au sein de la cellule «formation» d’une entreprise, réaliser des modules d’apprentissage individualisé en vue d’un recyclage d’ingénieurs. Ce peut être, tout autant, dans l’ambiance orageuse du foyer familial, éclairer par un recours à l’analyse transactionnelle son propre et difficultueux dialogue avec un rejeton en proie à une interminable adolescence...

On peut utilement, certes, classer ces cinq «flashes» dans l’une ou l’autre «sciences de l’éducation» qui est censée leur correspondre: il existe une «économie» et une «sociologie» de l’éducation auxquelles renvoyer les deux premiers. On peut rapporter le troisième à une «didactique» de la lecture, le quatrième à la «formation continue» des adultes et la cinquième à la «clinique» pédagogique familiale. Mais notre époque, en même temps qu’elle a poussé la spécialisation des compétences en matière d’éducation à un point de morcellement extrême, est quasi hantée par le caractère global des phénomènes éducatifs, par la vanité, voire la perversité, de ces découpages.

Ainsi, on soulignera que le problème interindividuel de ce parent et de cet adolescent est aussi – certains diront «d’abord» – un problème de société. On rappellera que l’individualisation de l’apprentissage n’est pas à ce point différent, de l’enfant à l’adulte. On contestera qu’une didactique des branches d’enseignement puisse être élaborée sans que l’on prenne en compte l’origine sociale des élèves. On ajoutera que, même étayé par des enquêtes scientifiques, l’avis des experts sur la télévision demeure marqué par la manière dont eux-mêmes vivent leur propre éducation, avec ses préjugés, ses attirances et ses répulsions vis-à-vis du monde des images. Enfin, devant le rappel réaliste des chiffres d’un budget, bien des interlocuteurs rouvriront le débat sur les finalités de l’école et plaideront la priorité de la culture, qui, à leurs yeux, est, par essence même, «inutilitaire».

Le fractionnement, sans cesse démultiplié, du propos sur l’éducation rend aléatoire toute tentative visant à donner une définition unique et unitaire des phénomènes éducatifs. Pourtant, la disparition du consensus qui régnait encore à la fin du XIXe siècle autour d’une définition humaniste et progressiste de l’éducation semble laisser intacte la nostalgie d’un propos à vocation totalisante. «Sociologisme» contre «psychologisme», «économisme» contre «pédagogisme», le mouvement des sciences humaines et sociales autour de l’éducation témoigne d’une rivalité dont les enjeux sont autant politiques qu’épistémologiques et au sein de laquelle on fonctionne parfois comme s’il allait de soi que l’on possède en exclusivité la prise de vue où les autres se trouvent englobés.

Faut-il alors, renonçant à imposer une vision unificatrice – et donc, à notre sens, unilatérale – de ce vaste champ, abandonner au lecteur la responsabilité de sa propre prise de vue au seuil de cet ensemble d’articles? Jouons ce jeu, en l’assortissant de trois remarques.

La première est que, sur un sujet comme l’éducation, nul n’est sans opinion, ni surtout sans expérience. En même temps qu’il est ordonné à contrarier les idées et les sentiments de chacun, tout savoir sur l’éducation ne peut pas ne pas faire avec eux cause commune. Rappelons ensuite que tout propos sur l’éducation oscille, avec une plus ou moins grande amplitude, entre le registre du constat et celui de la prescription. Il lui revient, en effet, de dire ce qu’il est bon de faire et d’en étayer la proposition avec les rigueurs, mais aussi les approximations d’une rhétorique qui, faute le plus souvent de pouvoir prouver, doit tenter de convaincre. Cette fonction anticipatrice et prescriptive explique, pour une bonne part – et c’est la troisième remarque – le décalage fréquent entre ce qui se déclare et ce qui, effectivement, se passe. Savoir ce qu’il en est au juste constitue, pour la science de l’éducation, la tâche la plus difficile. Car la réalité éducative, parce qu’elle reste, en dépit de toutes les désillusions, créditée d’un potentiel humain «miraculeux», est constamment sollicitée de justifier nos indignations ou de consolider nos espérances.

éducation [ edykasjɔ̃ ] n. f.
• 1527; lat. educatio
1Mise en œuvre des moyens propres à assurer la formation et le développement d'un être humain; ces moyens eux-mêmes. Sciences de l'éducation. pédagogie. « On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l'éducation » (Rousseau). « Aucune éducation ne transforme un être : elle l'éveille » (Barrès). Faire l'éducation d'un enfant. éduquer, élever, former; éducateur. Recevoir une bonne éducation. Devoir d'éducation (des parents envers les enfants). Instruction et éducation. enseignement. Ministère de l'Éducation nationale (en France), autrefois ministère de l'Instruction publique. — Conseiller d'éducation.
(Avec un déterm.) formation , initiation. Éducation physique : ensemble des exercices physiques, des sports propres à favoriser le développement harmonieux du corps. Éducation physique et sportive (E. P. S.). gymnastique, sport. Éducation sexuelle. Éducation politique. Éducation civique, destinée à former le citoyen. ⇒ instruction. « Le spectacle est la seule forme d'éducation morale ou artistique d'une nation » (Giraudoux). Fig. « L'Éducation sentimentale », roman de Flaubert. « Il manque à ces malheureuses victimes une honteuse éducation, je veux dire la connaissance des vices d'un homme » (Baudelaire). Éducation surveillée (dr. pén.).
2Développement méthodique (d'une faculté, d'un organe). exercice. Éducation des réflexes, des sens, de la mémoire. « L'Éducation de la volonté », ouvrage de Payot.
3Connaissance et pratique des usages de la société. politesse, savoir-vivre. Avoir de l'éducation. C'est un homme sans éducation. Il manque d'éducation. Toute une éducation à refaire ! « Cette chose qu'on est convenu d'appeler éducation, cette espèce de vernis » (Loti).
⊗ CONTR. Grossièreté, impolitesse.

éducation nom féminin (latin educatio, -onis) Conduite de la formation de l'enfant ou de l'adulte. Formation de quelqu'un dans tel ou tel domaine d'activité ; ensemble des connaissances intellectuelles, culturelles, morales acquises dans ce domaine par quelqu'un, par un groupe. Mise en œuvre de moyens propres à développer méthodiquement une faculté, un organe : Éducation du goût. Connaissance et pratique des bonnes manières, des usages de la société ; savoir-vivre : Manquer d'éducation. Faire l'éducation de quelqu'un.éducation (citations) nom féminin (latin educatio, -onis) Jean Dutourd Paris 1920 Académie française, 1978 Les parents d'aujourd'hui veulent être aimés de leurs enfants. Cette erreur les entraîne à toutes sortes de faiblesses et de facilités. Le Fond et la forme Gallimard François de Salignac de La Mothe-Fénelon château de Fénelon, Périgord, 1651-Cambrai 1715 D'ordinaire ceux qui gouvernent les enfants ne leur pardonnent rien, et se pardonnent tout à eux-mêmes. De l'éducation des filles François de Salignac de La Mothe-Fénelon château de Fénelon, Périgord, 1651-Cambrai 1715 [Dans l'éducation], il faut se contenter de suivre et d'aider la nature. De l'éducation des filles François de Salignac de La Mothe-Fénelon château de Fénelon, Périgord, 1651-Cambrai 1715 Il ne faut point s'opiniâtrer à faire goûter aux enfants certaines personnes pieuses dont l'extérieur est dégoûtant. De l'éducation des filles abbé Ferdinando Galiani Chieti 1728-Naples 1787 L'éducation publique pousse à la démocratie, l'éducation particulière mène droit au despotisme. Lettre à Mme d'Épinay Pierre Choderlos de Laclos Amiens 1741-Tarente 1803 Partout où il y a esclavage, il ne peut y avoir éducation. De l'éducation des femmes Jules Michelet Paris 1798-Hyères 1874 Quelle est la première partie de la politique ? L'éducation. La seconde ? L'éducation. Et la troisième ? L'éducation. Le Peuple, Introduction Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière Paris 1622-Paris 1673 Il nous faut en riant instruire la jeunesse, Reprendre ses défauts avec grande douceur, Et du nom de vertu ne lui point faire peur. L'École des maris, I, 2, Ariste Michel Eyquem de Montaigne château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1533-château de Montaigne, aujourd'hui commune de Saint-Michel-de-Montaigne, Dordogne, 1592 Je voudrais aussi qu'on fût soigneux de lui choisir un conducteur qui eût plutôt la tête bien faite que bien pleine, et qu'on y requît tous les deux, mais plus les mœurs et l'entendement que la science. Essais, I, 26 à l'enfant précepteur Commentaire Cette image, l'une des plus connues des Essais, est généralement citée à tort et appliquée à l'élève, non au précepteur. Elle était courante au XVIe siècle ; on la trouve, entre autres chez Henri Estienne dans son Apologie pour Hérodote. Charles de Secondat, baron de La Brède et de Montesquieu château de La Brède, près de Bordeaux, 1689-Paris 1755 L'éducation consiste à nous donner des idées, et la bonne éducation à les mettre en proportion. Essai sur les causes qui peuvent affecter les esprits et les caractères Jean-Jacques Rousseau Genève 1712-Ermenonville, 1778 Oserais-je exposer ici la plus grande, la plus importante, la plus utile règle de toute l'éducation ? Ce n'est pas de gagner du temps, c'est d'en perdre. Émile ou De l'éducation Jean-Jacques Rousseau Genève 1712-Ermenonville, 1778 Vous ne parviendrez jamais à faire des sages si vous ne faites d'abord des polissons. Émile ou De l'éducation Commentaire Il s'agit de l'éducation des enfants. Jean-Jacques Rousseau Genève 1712-Ermenonville, 1778 L'enfance a des manières de voir, de penser, de sentir qui lui sont propres ; rien n'est moins sensé que d'y vouloir substituer les nôtres. Julie ou la Nouvelle Héloïse Jacques Turgot, baron de Laulne Paris 1727-Paris 1781 Le grand point de l'éducation, c'est de prêcher d'exemple. Correspondance, à Mme de Graffigny Aristophane Athènes vers 445-vers 386 avant J.-C. Pour les petits enfants, l'éducation c'est le maître d'école ; pour les jeunes gens, c'est le poète. Les Grenouilles, 1054 (traduction H. Van Daële) Sigmund Freud Freiberg, aujourd'hui Příbor, Moravie, 1856-Londres 1939 L'éducation doit chercher sa voie entre le Scylla du laissez-faire et le Charybde de l'interdiction. Die Erziehung hat ihren Weg zu suchen zwischen der Scylla des Gewährenlassens und der Charybdis des Versagens. Nouvelles Conférences sur l'introduction à la psychanalyse abbé Ferdinando Galiani Chieti 1728-Naples 1787 L'éducation tout entière se réduit à ces deux enseignements : apprendre à supporter l'injustice et apprendre à souffrir l'ennui. Tutta l'educazione si riduce a questi due insegnamenti : imparare a sopportare l'ingiustizia e imparare a soffrir la noia. Lettere, 3 avril 1773 John Locke Wrington, Somerset, 1632-Oates, Essex, 1704 [L'instruction] est à mes yeux la moindre partie de l'éducation. [Learning] I think is the least part of education. Pensées sur l'éducation, XXIV August Strindberg Stockholm 1849-Stockholm 1912 L'éducation fait de chacun de nous une pièce de machine et non pas un individu. L'Écrivain Samuel Langhorne Clemens, dit Mark Twain Florida, Missouri, 1835-Redding, Connecticut, 1910 La bonne éducation consiste à cacher tout le bien que nous pensons de nous-mêmes et le peu de bien que nous pensons des autres. Good breeding consists in concealing how much we think of ourselves and how little we think of the other person. Notebooks Samuel Langhorne Clemens, dit Mark Twain Florida, Missouri, 1835-Redding, Connecticut, 1910 La bonne éducation consiste à cacher tout le bien que nous pensons de nous-mêmes et le peu de bien que nous pensons des autres. Good breeding consists in concealing how much we think of ourselves and how little we think of the other person. Notebooks éducation (expressions) nom féminin (latin educatio, -onis) Devoir d'éducation, devoir des parents à l'égard des enfants, au même titre que la nourriture et l'entretien. (Ils se voient conférés à cet effet les droits de garde et de surveillance.) Éducation nouvelle, mouvement pédagogique né au début du XXe s., centré sur l'enfant, privilégiant des méthodes actives ou des méthodes naturelles non contraignantes. Éducation permanente, éducation poursuivie tout au long de la vie. (La formation permanente réservée aux salariés d'entreprise n'en est qu'un aspect.) Éducation physique et sportive (E.P.S.), ensemble des exercices corporels, pratiqués dans le cadre scolaire et universitaire, et destinés à l'entretien et à l'amélioration des qualités physiques. Éducation sexuelle, ensemble des informations théoriques visant la compréhension et l'épanouissement de la sexualité. (Créée en 1973 par l'Éducation nationale, elle est destinée à assurer aux élèves une information sur la procréation en des termes adaptés à leur âge.) Éducation spécialisée, ensemble des mesures organisant la rééducation des enfants inadaptés et handicapés ou la réinsertion sociale des délinquants. Éducation surveillée, service de protection, d'assistance et de surveillance de l'enfance délinquante ou en danger du ministère de la Justice, créé en 1945. Sciences de l'éducation, ensemble des disciplines et des méthodes concourant à approfondir le fait éducatif non seulement dans ses dimensions psychologiques, méthodologiques, mais également sociologiques, philosophiques et institutionnelles. ● éducation (synonymes) nom féminin (latin educatio, -onis) Formation de quelqu'un dans tel ou tel domaine d'activité ; ensemble...
Synonymes :
- pédagogie
Contraires :
Mise en œuvre de moyens propres à développer méthodiquement une...
Synonymes :
Connaissance et pratique des bonnes manières, des usages de la...
Synonymes :
- urbanité
Contraires :
- grossièreté

éducation
n. f.
d1./d Action de développer les facultés morales, physiques et intellectuelles; son résultat. Une éducation négligée. Avoir reçu une bonne éducation.
éducation physique, par la pratique d'exercices physiques appropriés au développement harmonieux du corps humain. éducation civique. éducation sanitaire: enseignement des notions nécessaires à la promotion de la santé des individus et des communautés.
d2./d Connaissance et pratique des usages (politesse, bonnes manières, etc.) de la société. Avoir de l'éducation.
d3./d Action de développer une faculté particulière de l'être humain. L'éducation du goût.

⇒ÉDUCATION, subst. fém.
A.— [L'éducation envisagée comme formation]
1. Art de former une personne, spécialement un enfant ou un adolescent, en développant ses qualités physiques, intellectuelles et morales, de façon à lui permettre d'affronter sa vie personnelle et sociale avec une personnalité suffisamment épanouie; p. méton., moyens mis en œuvre pour assurer cette formation. La forte éducation puritaine par quoi mes parents avaient façonné mon enfance (GIDE, Journal, 1923, p. 776). L'éducation des enfants, la formation ou la direction de l'individu (CARREL, L'Homme, 1935, p. VII) :
1. J'ai un fils unique que je ne veux point faire élever en province; je ne voudrais pas non plus le mettre en pension dans la capitale : tâchez donc de me découvrir dans les environs un collège, ou toute autre maison d'éducation, où je puisse être sûr que mon fils recevra une éducation aussi profitable à son cœur qu'à son esprit.
JOUY, L'Hermite de la Chaussée d'Antin, t. 4, 1813, p. 3.
SYNT. Éducation chrétienne, libérale; éducation et instruction, et habitude; système d'éducation; faire l'éducation de qqn, refaire son éducation; éducation surveillée.
P. ext. [À propos d'une collectivité] Éducation de l'humanité. Le seul gouvernement qui se soit occupé, d'un grand cœur, de l'éducation du peuple, c'est celui de la Révolution (MICHELET, Peuple, 1846, p. 333). Je ne pense pas encore que l'éducation du grand public soit chose bien commencée (LHOTE, Peint. d'abord, 1942, p. 20).
2. P. méton.
a) Action de former et d'enrichir l'esprit d'une personne. Éducation et culture. Synon. enseignement, instruction. Énorme diffusion de l'éducation. Partout des écoles et des universités ont été construites (CARREL, L'Homme, 1935p. 16). Les centres d'éducation ouvrière accueillirent des hommes qui venaient pour essayer d'acquérir une culture générale (CACÉRÈS, Hist. éduc. pop., 1964, p. 147).
Éducation nationale (souvent avec une majuscule). Ensemble des services publics chargés d'assurer la formation de la jeunesse et plus particulièrement sa formation intellectuelle. Ministère de l'Éducation (nationale). Synon. vieilli instruction publique. Rénover les structures et les méthodes de l'éducation nationale (DE GAULLE, Mém. guerre, 1959, p. 124).
b) Éducation + adj. déterm. Initiation d'une personne à un domaine de connaissances, à une activité ou une discipline particulière. Éducation artistique, littéraire, professionnelle, religieuse, scientifique. (Quasi-) synon. apprentissage. Je fais mon éducation parlementaire. C'est difficile à quarante ans (LAMART., Corresp., 1834, p. 30). Son père découvrit parmi ses livres d'écolier, un traité d'éducation sexuelle (AYMÉ, Jument, 1933, p. 114). L'éducation civique donnée à l'armée est (...) faible (Serv. milit. et réf. armée, 1963, p. 50) :
2. La nécessité d'une éducation permanente s'affirmera de façon croissante et il est souhaitable que cette éducation permanente soit volontaire plutôt qu'imposée.
DUMAZEDIER, RIPERT, Loisir et cult., 1966, p. 51.
Éducation physique. Ensemble des exercices physiques et sportifs destinés à assurer le développement harmonieux du corps. Cours et plateaux d'éducation physique des établissements scolaires (Gds ensembles habit., 1963, p. 15).
c) Éducation de + subst. Développement donné à un sens, au corps ou à une faculté par un entraînement et des exercices appropriés. Éducation de la volonté. Je ne suis pas gourmet, et l'éducation de mon palais a été malheureusement un peu négligée (ABOUT, Roi mont., 1857, p. 13). Cette éducation de l'œil que donne la contemplation continue des peintures (BOURGET, Nouv. Essais psychol., 1885, p. 185). Une éducation des sentiments, un dressage des passions (BARRÈS, Cahiers, t. 8, 1909-11, p. 160).
3. P. ext., ÉCON. RURALE Art d'élever ou de dresser des animaux domestiques. Éducation des abeilles, des vers à soie (Ac. 1835-1932). Synon. dressage, élevage. Au moyen de l'éducation des dindons, les fermiers acquittent plus facilement le prix de leurs baux (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 80).
P. anal. Ensemble des soins donnés à une plante. L'éducation de cette plante est difficile (Ac. 1835-1932).
P. métaph. :
3. Nous leur montrerons [aux Alsaciens-Lorrains], je le sais, que la plante locale s'oriente vers la France et que c'est là qu'elle trouve le soleil, les influences, l'éducation qui en font une des plus belles plantes de l'humanité.
BARRÈS, Cahiers, t. 12, 1919-20, p. 125.
B.— [L'éducation envisagée comme comportement] Connaissance et pratique des bonnes manières de la société. Éducation distinguée, soignée. Brave homme sans éducation, sans bonnes manières (FLAUB., Corresp., 1839, p. 47). Homme ignorant et de basse éducation (HUGO Misér., t. 1, 1862, p. 204) :
4. Le numéro 12 retint mon attention : « Avocat demande personne instruite, jeune, bonne éducation, célibataire, pour travaux de bureau. Envoyer photographie. »
DUHAMEL, Confession de minuit, 1920, p. 123.
Prononc. et Orth. :[]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. A. [1495 J. de Vignay d'apr. BL.-W.1-5]; 1527 « formation, action d'éduquer » (P. DASSY, Peregrin, f° 5 v° ds GDF. Compl.); 1679 n'avoir nule éducation (RICH.); 1794 éducation physique et morale (STAËL, Lettres div., p. 554). B. 1763 éducation des vers à soie (Boissier de Sauvages ds QUEM. Fichier). Empr. au lat. class. educatio « action d'élever (des animaux et des plantes); éducation, instruction, formation de l'esprit ». Fréq. abs. littér. :4 484. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 8 038, b) 7 660; XXe s. : a) 6 467, b) 4 216.
DÉR. Éducationnel, elle, adj., rare. Qui concerne l'éducation. Synon. usuel éducatif. Variété des pratiques éducationnelles ou des soins donnés aux bébés, qui changent suivant les milieux, ruraux ou urbains, suivant les classes sociales ou les groupes professionnels (Traité sociol., 1968, p. 416). Seule transcr. ds LITTRÉ : é-du-ka-sio-nèl, fém. -nè-l'. 1re attest. 1873 (Le Temps ds LITTRÉ Suppl.); de éducation, suff. -el. Fréq. abs. littér. : 2.
BBG. — GIRAUD (J.), PAMART (P.), RIVERAIN (J.). Mots ds le vent. Vie Lang. 1970, p. 158. — GOHIN 1903, p. 334. — QUEM. 2e s. t. 4 1972. — WAPPLER (E.). Probleme der französischen Erziehung. Neuphilologische Monatsschrift. 1938, t. 9, pp. 298-302.

éducation [edykɑsjɔ̃] n. f.
ÉTYM. 1527; lat. educatio, de educatum, supin de educare. → Éduquer.
A
1 Mise en œuvre des moyens propres à assurer la formation et le développement d'un être humain. Formation, institution (vx), nourriture (vx). Ces moyens. Résultats obtenus grâce à eux ( Connaissance, culture). || L'éducation des enfants ( Pédagogie), des adultes ( Andragogie). || L'éducation a pour objet non seulement le développement intellectuel ( Instruction), mais encore la formation physique et morale, l'adaptation sociale… || Système, traité d'éducation. || Philosophie de l'éducation. || Les moyens, les méthodes de l'éducation moderne. || Sciences de l'éducation. Pédagogie. || Système d'auto-éducation.Éducation méthodique, progressive; éducation laissée au hasard. || Faire l'éducation d'un enfant, d'un adolescent… Éducateur; éduquer, élever, former. || La première éducation. || Recevoir une bonne, une forte, une solide éducation. || Éducation familiale. || Devoir d'éducation des parents (des enfants par les parents). || Éducation religieuse, puritaine; laïque. || Éducation conformiste (cit. 2), conventionnelle (→ Danger, cit. 12), libérale. || Système d'éducation. || Sentiments acquis, imposés par l'éducation. || Éducation scolaire, universitaire. Enseignement (→ Dépourvoir, cit. 5). || Établissement, institution, maison d'éducation. École. || Ministère de l'Éducation (en France) : ancien ministère de l'Éducation nationale, autrefois « ministère de l'Instruction publique ».De l'éducation, ouvrage de Milton (1544). || Émile ou De l'éducation, œuvre de J.-J. Rousseau (1762). || Traité de l'éducation des filles, de Fénelon (1687). || L'Éducation, ouvrage de Dupanloup (1851). || De l'éducation intellectuelle, morale et physique, de Spencer (1861). || Psychologie de l'éducation, ouvrage de Gustave Lebon (1902).L'éducation d'Achille, sujet de tableaux célèbres (Rubens, Champaigne, Delacroix…).
1 J'accuse toute violence en l'éducation d'une âme tendre (…) ce qui ne se peut faire par la raison, et par prudence et adresse, ne se fait jamais par la force.
Montaigne, Essais, II, VIII.
2 C'est un excès de confiance dans les parents d'espérer tout de la bonne éducation de leurs enfants (…)
La Bruyère, les Caractères, XII, 84.
3 Rien n'est plus négligé que l'éducation des filles. La coutume et le caprice des mères y décident souvent de tout; on suppose qu'on doit donner à ce sexe peu d'instruction. L'éducation des garçons passe pour une des principales affaires par rapport au bien public; et, quoiqu'on n'y fasse guère moins de fautes que dans celle des filles, du moins on est persuadé qu'il faut beaucoup de lumières pour y réussir.
Fénelon, l'Éducation des filles, I.
4 Les lois de l'éducation seront donc différentes dans chaque espèce de gouvernement : dans les monarchies, elles auront pour objet l'honneur; dans les républiques, la vertu; dans le despotisme, la crainte.
Montesquieu, l'Esprit des lois, IV, 1.
5 (L'ex-jésuite) — (…) J'ai fait ce que j'ai pu pour vous bien élever. — Vraiment, vous m'avez donné là une plaisante éducation (…) je ne connaissais ni les lois principales, ni les intérêts de ma patrie : pas un mot de mathématiques, pas un mot de saine philosophie; je savais du latin et des sottises (…) Je vis qu'on m'avait donné une éducation très inutile pour me conduire dans le monde (…)
Voltaire, Dict. philosophique, Éducation.
6 On façonne les plantes par la culture, et les hommes par l'éducation (…) Tout ce que nous n'avons pas à notre naissance et dont nous avons besoin étant grands, nous est donné par l'éducation. Cette éducation nous vient de la nature, ou des hommes ou des choses…
L'éducation n'est certainement qu'une habitude.
Rousseau, Émile, I
(→ aussi Approprier, cit. 3; babillard, cit. 5; condition, cit. 15; désobéir, cit. 6; correspondance, cit. 2).
7 (…) l'éducation a pour objets, 1o la santé et la bonne conformation du corps; 2o ce qui regarde la droiture et l'instruction de l'esprit; 3o les mœurs, c'est-à-dire la conduite de la vie et les qualités sociales.
Du Marsais, in Encycl. (Diderot), artÉducation.
8 L'éducation doit être tendre et sévère et non pas froide et molle (…) l'éducation ne consiste pas seulement à orner la mémoire et à éclairer l'entendement; elle doit surtout s'occuper à diriger la volonté (…) L'éducation se compose de ce qu'il faut dire et de ce qu'il faut taire, de silences et d'instructions.
Joseph Joubert, Pensées, XIX, 5-12-19.
9 (…) après le pain, l'éducation est le premier besoin du peuple.
Danton, in Barthou, Danton, p. 307.
10 Ombres qui habitez les cavernes de ces montagnes, je dois à vos soins silencieux l'éducation cachée qui m'a si fortement nourri, et d'avoir, sous votre garde, goûté la vie toute pure, et telle qu'elle me venait sortant du sein des dieux !
M. de Guérin, Poèmes, « Le centaure ».
11 L'éducation sociale bien faite peut toujours tirer d'une âme, quelle qu'elle soit, l'utilité qu'elle contient.
Hugo, les Misérables, I, V, V.
12 L'éducation ne se borne pas à l'enfance et à l'adolescence. L'enseignement ne se limite pas à l'école. Toute la vie, notre milieu est notre éducation, et un éducateur à la fois sévère et dangereux.
Valéry, Variété III, p. 281.
12.1 L'éducation consiste à acquérir des réflexes nouveaux qui engendrent par leurs répétitions des habitudes, c'est ainsi que la plupart des actes de notre vie quotidienne qui ont commencé par exiger l'intervention de l'intelligence et de l'attention, ont fini par s'accomplir automatiquement. Mais sous un autre aspect, l'éducation consiste à acquérir des réflexes conditionnels capables d'inhiber les réflexes innés.
Jean Delay, la Psycho-physiologie humaine, p. 105.
(Avec un déterminatif). Formation, initiation. || Éducation générale, opposée aux spécialisations.
13 Delacroix était (…) un homme d'éducation générale, au contraire des autres artistes modernes, qui (…) ne sont guère que (…) de tristes spécialistes (…)
Baudelaire, Curiosités esthétiques, Œuvre et vie de Delacroix, II.
Éducation littéraire, scientifique. || Éducation sexuelle. || Éducation politique, civique.Éducation artistique. || Éducation professionnelle, fournissant aux jeunes gens la connaissance d'un métier, d'une technique. Apprentissage, 1.(1958). || Éducation permanente : formation continue destinée à maintenir ou accroître les connaissances professionnelles ( Recyclage), intellectuelles ou culturelles aux divers niveaux.(1819, in Petiot). || Éducation surveillée.Éducation physique : ensemble des exercices physiques, des sports propres à favoriser le développement harmonieux du corps. Gymnastique, sport.
Par ext. (le compl. désigne une collectivité). || Faire l'éducation politique d'un peuple. || L'éducation artistique d'une nation.De l'éducation du genre humain, œuvre de Lessing (1780).
14 Le spectacle est la seule forme d'éducation morale ou artistique d'une nation.
Giraudoux, Littérature, p. 233.
Fig. Apprentissage, formation, initiation. || L'Éducation sentimentale, roman de Flaubert (1869).
15 Il manque à ces malheureuses victimes, qu'on nomme filles à marier, une honteuse éducation, je veux dire la connaissance des vices d'un homme.
Baudelaire, la Fanfarlo.
2 Développement méthodique donné à une faculté, un organe… Exercice. || Éducation des réflexes. || Éducation de l'œil, de l'oreille. || Éducation des sens. || Éducation de la mémoire. || L'Éducation de la volonté, ouvrage de Payot (1893). || Éducation du sens artistique. || Éducation du goût.
16 (…) il ne définit pas bien cela, car son sens d'artiste et de voyant, qu'aucune éducation n'a affiné, est demeuré rudimentaire (…)
Loti, Ramuntcho, I, XIII, p. 121.
3 Art d'élever (certains animaux). Élevage. || L'éducation des abeilles, des vers à soie (1763, in D. D. L.).L'éducation du chien, du cheval. Domestication, dressage.
Soins que les animaux donnent à leurs petits.
17 (…) l'autruche (…) n'ayant jamais besoin du secours de ses père et mère, vit isolée (…) et se prive ainsi des avantages de leur société qui (…) est la première éducation des animaux et celle qui développe le plus leurs qualités naturelles (…)
Buffon, Hist. nat. des oiseaux, Le solitaire.
Rare. Soins donnés à une plante.
B Par métonymie (de A., 1.); au sing.; non qualifié. || L'éducation : connaissance et pratique des usages de la société. Bienséance, distinction, politesse, savoir-vivre (→ Chic, cit. 5). || Avoir de l'éducation. || Il est sans éducation, il manque d'éducation. || Il a du tact et de l'éducation.
18 Cette chose qu'on est convenu d'appeler éducation, cette espèce de vernis, appliqué d'ailleurs assez grossièrement sur tant d'autres, manquait tout à fait à mon frère Yves; mais il avait par nature un certain tact, une délicatesse beaucoup plus rares et qui ne se donnent pas.
Loti, Mon frère Yves, LXVIII, p. 162.
CONTR. Grossièreté, impolitesse, inéducation, rudesse, rusticité.
DÉR. Éducatif, éducationnel.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Education — Éducation Ces moyens mnémotechniques mis à disposition des enfants visitant le Field Museum de Chicago permettent d apprendre les pays formant l Asie et leurs contours géographiques …   Wikipédia en Français

  • Education — • In the broadest sense, education includes all those experiences by which intelligence is developed, knowledge acquired, and character formed. In a narrower sense, it is the work done by certain agencies and institutions, the home and the school …   Catholic encyclopedia

  • Education —    Education has been a priority for Israel since independence, although there was already substantial growth of Jewish education under the British mandate. During Israel s earliest years, the educational system was characterized by tremendous… …   Historical Dictionary of Israel

  • Education.au — Education.au, established in 1996, is a not for profit ministerially owned national company located in Adelaide, South Australia. It is governed through a Board by nominees from the Australian Government, higher education, school education, and… …   Wikipedia

  • education — ed‧u‧ca‧tion [ˌedjʊˈkeɪʆn ǁ ˌedʒə ] noun [uncountable] the process of learning, for example at schools and universities, and the process by which your mind develops through doing this: • The most important element of business education is… …   Financial and business terms

  • Education — Ed u*ca tion (?; 135), n. [L. educatio; cf. F. [ e]ducation.] The act or process of educating; the result of educating, as determined by the knowledge skill, or discipline of character, acquired; also, the act or process of training by a… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • éducation — ÉDUCATION. s. f. Le soin qu on prend de l instruction des enfans, soit en ce qui regarde les exercices de l esprit, soit en ce qui regarde les exercices du corps, et principalement en ce qui regarde les moeurs. Bonne éducation. Mauvaise éducation …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • education — EDUCATION. s. f. Le soin qu on prend de l instruction des enfants, soit en ce qui regarde les exercices de l esprit, soit en ce qui regarde les exercices du corps. Bonne education. mauvaise education. l education des enfants. prendre soin de l… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Education — allergy bullying bullycide bullyproofing car schooling digital native dipstick dormcest dropout fa …   New words

  • education — 1530s, childrearing, also the training of animals, from M.Fr. education (14c.) and directly L. educationem (nom. educatio), from pp. stem of educare (see EDUCATE (Cf. educate)). Originally of education in social codes and manners; meaning… …   Etymology dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.